Témoignages - 7 décembre 2019

fr - Vivre en interculturalité : une option radicale et en même temps un processus graduel...

Mon témoignage est rempli de l’expérience de mes soeurs de la communauté du noviciat international à Lima, au Pérou. Nous sommes une communauté internationale et intergénérationnelle. Dans cette réalité de quatre nationalités, de trois continents et de personnes d’âges différents, la graine de l’interculturalité est lancée. Il est nécessaire de la cultiver pour prendre conscience que le fait de vivre ensemble alors que nous sommes originaires de plusieurs cultures différentes n’est pas suffisant pour réaliser l’interculturalité.

Pour cultiver cette graine nous avons organisé dans la communauté un atelier en trois sections, partageant autor de certains aspects de l’interculturalité : le choc culturel, les quatre types de conflits interculturels (moyens de communication), les profils sociaux (selon Anthony J. Gittins, CSSp), le chemin de Jésus vers l’interculturalité, avec le texte de la communauté de Matthieu 15,21-28, aidé par la réflexion de Adriana Milmanda, SSpS.

Nous sommes dans un beau chemin d’accueil et de compréhension de nos propres réactions devant la beauté et le défi des différences.


Je partage quelques mots des novices du Congo et du Brésil à propos de cet atelier :


“Dans la rencontre sur le choc culturel, cela m’a rappelé des moments vécus après mon départ de mon pays. Je peux maintenant identifier le fait que j’ai vécu un choc culturel”
“Prendre conscience de ma façon de communiquer, c’était très fort pour moi, maintenant je comprends pourquoi c’est difficile pour moi de partager, et pourquoi ça me frappe quand quelqu’un de la communauté me parle directement”.


“En ce qui concerne le profil social, je remets en question ma façon de gérer le temps et je réalise que cela me manque”.


“Je pense qu’il était très important de se parler de l’interculturalité. Parfois, quand nous arrivons dans la Congrégation, on veut seulement savoir si nos parents se sont mariés à l’Église, s’ils sont catholiques et la dimension culturelle est oubliée”.


“Parfois, nous tombons dans la tentation de généraliser et de penser que les membres d’un groupe du même país ont les mêmes attitudes, sont des personnes uniformes. L’interculturalité nous ouvre aux différences en tant que richesses”.


“Le partage m’a aidé à comprendre certaines choses que je n’avais pas comprises auparavant dans l’expérience communautaire, aussi avoir un regard critique, par rapport à mes propres attitudes et comportements”.


“Cela m’a aidé à cherche à en savoir plus sur ma propre culture”.


“Je pense que la Congrégation peut organiser des ateliers sur l’interculturalité dans chaque communauté, en particulier dans les communautés de formation. Apprendre à ce sujet, rendra plus simple la vie en communauté”.


“Cela m’a aidée à affirmer mon identité, regarder mes racines, prendre conscience des valeurs que j’ai reçues de mes parents, ma famille, mon país. Ainsi, je peux regarder les autres non pas comme inférieures ou supérieures, mais dans la différence.


“Je relève plus spécialement, dans la rencontre de Jésus avec la femme syrophénicienne, la transformation qui s’est produite lors de cette rencontre. La femme a aidé Jésus à regarder au-delà, je veux aussi me laisser transformer dans cette rencontre avec d’autres cultures”.

Hildete de Carvalho Conceicao, PSA