Information - 4 janvier 2019

fr - Sur les scrutins du 30 Decembre 2018 en RDC


La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a mis en place, à travers son organe technique Justice et Paix Congo, une Mission d’Observation Electorale (MOE JPC/CENCO), dont le but est de promouvoir un processus électoral transparent et crédible, d’accroître la légitimité des institutions étatiques et de contribuer ainsi à la préservation de la paix et de la stabilité en République Démocratique du Congo. Cette Mission d’Observation Electorale est citoyenne.


L’observation électorale de la MOE-JPCE/CENCO s’effectue sur base des standards internationaux pour les élections démocratiques et le cadre légal congolais.


(...)


CONTEXTE


Les élections qui devaient se tenir en 2016, n’avaient pas eu lieu. Cela a déclenché une crise socio-politique.


L’Accord Politique Global et Inclusif du Centre Interdiocésain de Kinshasa, signé le 31 décembre 2016, a tracé une voie de sortie de crise en prévoyant notamment un scrutin combinant la présidentielle, les législatives nationales et provinciales en décembre 2017.


Après un report fixant lesdits scrutins au 23 décembre 2018 conformément au calendrier électoral du 5 novembre 2017, la CENI a de nouveau reporté ces scrutins au 30 décembre 2018[1].


Ces élections se sont déroulées dans un contexte particulier caractérisé par l’insécurité, des innovations apportées à la loi électorale, un fichier électoral contesté, un climat politique crispé et l’introduction d’une nouvelle technologie de vote.


Ces scrutins, tenus après une campagne électorale émaillée de plusieurs incidents, notamment des pertes en vies humaines, se sont déroulés sur toute l’étendue de la RD. Congo, à l’exception des circonscriptions électorales de Beni, Beni ville et Butembo ville, en province du Nord-Kivu, ainsi que Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, où ils seront organisés au mois de mars 2019[2].


Les élections du 30 décembre 2018 ont mis en compétition 21 candidats pour l’élection présidentielle, 15 355 pour la députation nationale et 19 640 pour la députation provinciale.


(...)


CONCLUSION


La CENCO salue le travail abattu par la Commission Electorale Nationale Indépendante ainsi que l’engagement de toutes les autres parties prenantes au processus électoral pour la tenue des scrutins combinés du 30 décembre 2018. En outre, la CENCO note la détermination des électeurs qui se sont massivement mobilisés pour accomplir leur devoir civique, malgré les différents incidents observés dans les Centres et Bureaux de vote. Le peuple congolais a bel et bien répondu au rendez-vous de son histoire en toute responsabilité. C’est un motif de satisfaction nationale.


Il est également important de souligner que les irrégularités relevées ci-dessus n’ont pas pu entamer considérablement le choix que le Peuple congolais a clairement exprimé dans les urnes.


En fait, la MOE-JPC/CENCO constate que les données en sa possession, issues des procès verbaux des bureaux de vote, consacrent le choix d’un candidat comme Président de la République. A cet effet, la CENI est appelée, en tant qu’institution d’appui à la démocratie, de publier, en toute responsabilité, les résultats des élections dans le respect de la vérité et de la justice.


En vue de respecter la volonté du Peuple et de dissiper toute suspicion, la CENCO propose le schéma suivant pour l’intégrité des résultats qui devront être publiés :


1° Ne tenir compte que des résultats issus du comptage manuel qui avaient été publiés et affichés devant les bureaux de vote et de dépouillement ;


2° S’assurer que le contrôle de cohérence au niveau des Centres locaux de compilation des résultats (CLCR) s’effectue en présence des observateurs et des témoins.


3° Publier les résultats bureau de vote par bureau de vote.


Confiant la suite du processus électoral à la Très Sainte Vierge Marie, Notre Dame du Congo, et à son Fils Jésus-Christ, Prince de la Paix, le Secrétariat Général de la CENCO demande au peuple congolais de demeurer vigilant pour l’aboutissement heureux du processus électoral.


Fait à Kinshasa, le 03 janvier 2019


Abbé Donatien NSHOLE


Secrétaire Général de la CENCO
Fuente :
http://cenco.org/declaration-preliminaire-de-la-moe-jpc-cenco-sur-les-scrutins-du-30-decembre-2018/