Divers - 10 juin 2019

fr - L’hospitalité

Quels que soient la culture, le lieu de vie, l’hospitalité chez tous les peuples se manifeste dans l’accueil. L’accueil ouvre la porte de notre maison commune, l’accueil est intérieur et extérieur.
Il est accompagné de paroles ouvertes, de douceur souriante, d’un intérêt affectueux, d’une attention délicate. Celui qui est accueilli a toute la place et notre temps lui est consacré.
L’hospitalité cherche à répondre à l’ensemble des besoins présents et réels qui sont ceux de celui et de celle que l’on accueille : un besoin d’écoute, de consolation, un besoin de nourritures, d’abri ou de sécurité, de sommeil.
L’hospitalité cherche un échange de dons entre l’accueilli et l’accueillant, il se manifeste dans la conversation, accompagné ou suivi d’un partage et d’un repas où se vit une communion de sentiments.
Ainsi l’hospitalité se voit en trois temps : L’ouverture, la réponse aux besoins et le partage réciproque.
Il demande certaines qualités :

  • Celle de prendre le temps d’accueillir. C’est pour cela qu’une vie stressante, très réglée et organisée se prive souvent de cet espace de gratuité et d’accueil.
  • Celle d’accepter de donner, de répondre, aux besoins de l’accueilli. C’est pour cela qu’une vie riche accaparant ses biens a bien des difficultés à répondre à l’inconnu, à l’étranger, au pauvre. C’est aussi pour cela qu’une vie de misère, insécurisée, enserrée dans la peur du manque est dans l’impossibilité de répondre aux besoins de l’autre qui est peut-être aussi devenu invisible est aussi un frein à l’accueil.
  • Celle d’oser la fraternité par un partage d’égalité. Là aussi, s’il n’y a pas d’humilité, comment oser ce partage ? S’il n’y a pas une saine estime de soi et de l’autre, comment entrer dans ce partage. Nous sommes appelés à nous reconnaître d’une égalité humaine entre celui qui n’a pas et celui qui a ; les extrêmes de richesses ou de pauvreté enferment l’être humain, au point de lui faire oublier son humanité quand il ne voit plus son semblable et donc ne peut entrer dans aucune forme de partage.

Justice et Paix, Intégrité de la création

L’accueil de la vie et l’accueil de tout être vivant sont source de JPIC. Non seulement la source qui en montre l’origine mais aussi la source qui en est la fécondité. Rappelons-nous la veuve de Sarepta à qui restait juste de quoi manger avant de mourir. Sa double hospitalité fut celle de recevoir la Parole de Dieu et celle de donner au prophète Élie tout ce qui lui restait pour vivre. Cette démarche l’a fait entrer dans une communion sans fin, un partage de délices et de merveilles. Ainsi JPIC naît de cette double facette de l’hospitalité : Une confiance en Celui qui nous donne et une Confiance en Celui à qui on donne. Car JPIC est bâtie sur toute dignité humaine. La vie, pour rester vie, doit être toujours accueillie, sinon c’est l’étouffement, la mort. Justice, oui, car, je suis un être vivant, Paix, oui, car pour vivre, il me faut être en Paix, Intégrité de la Création, oui, car être vivant, je ne fais qu’un avec tous les autres êtres vivants.

Les passages d’Évangile sont nombreux :
"Il est venu dans son propre bien et les siens ne l’ont pas accueilli. Mais à ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu".

…Continuons à écrire l’Évangile en écoutant une expérience d’hospitalité à Madagascar…

Myriam Collon, psa