Témoignages - 4 novembre 2015

fr - Un vent de Solidarité souffle dans notre résidence

Le 30 septembre 2015, une centaines de religieuses répondent à l’appel de solidarité avec la Marche Mondiale des Femmes. Nous sommes 14 congrégations différentes accueillies, comme communautés sœurs, par une congrégation québécoise. Encore autonomes, chacune accuse cependant les limites de l’avancée en âge.
Trois membres de l’Association des Religieuses pour le droit des femmes (ARDF) sont les leaders de cette manifestation. D’une part, il s’agit de parler de ce grand évènement mondial qui mobilisent cette année avec le slogan « Libérons nos corps, libérons notre Terre, libérons nos territoires ». Le territoire signifiant nos lieux de luttes et de résistances. Le thème a été choisi par les femmes du Guatemala. Il est intéressant aussi de rappeler que l’origine de ce mouvement remonte à l’année 1995, quand les femmes du Québec montent au Parlement. Elles réclament des gestes pour la lutte à la pauvreté qui a de grandes répercussions sur la vie des femmes. C’est la Marche « Du Pain et des Roses » scandée par ce chant thème. Certaines d’entre nous étaient alors bien alertes, et elles gardent un souvenir inoubliable de cette grande échappée.
La rencontre veut aussi conscientiser à l’action de l’ARDF, active dans différentes régions du Québec, et qui soutient les femmes dans leurs luttent pour leur dignité. Des textes bibliques nous rappellent que la violence faite aux femmes ne date pas d’hier, ni l’esclavage. Nous faisons mémoire de sainte Joséphine Bakhita dont l’histoire s’insère dans celles de millions de person-nes qui connaissent aujourd’hui encore le cauchemar de l’esclavage, le travail forcé, la traite des personnes etc.
Pour nous solidariser, nous choisissons de faire une marche symbolique dans un couloir de cet-te grande maison. Nous commençons par une prière de libération. Puis avec des pancartes nous rappelons les luttes des femmes de par le monde ainsi que celles de nos sœurs autochtones disparues et/ou assassinées. En rangs serrés nous scandons des slogans qui ont, quelques jours plus tôt, accompagné une manifestation dans un quartier populaire de la ville de Montréal. Au retour, une prière d’action de grâce précède la signature d’une pétition à l’adresse du 1er Minis-tre du Canada pour que la « Justice » clarifie ce qui se passe pour les femmes des 1res Nations.
Le grand vent de solidarité et de conscientisation a secoué la grande maison, et la nouvelle se répand : alimentant les conversations, créant une invitation qui se transmet à l’extérieur. Nous relisons maintenant notre parcours à l’aide de belles photos qui, nous l’espérions, soutien-draient l’appel à la solidarité du 17 octobre à Trois-Rivières où a eu lieu le grand rassemblement québécois. Ce grand rassemblement a eu lieu. 7000 personnes étaient au rendez-vous de la vie. Des poèmes écrits par des femmes des régions du Québec scellent l’engagement solidaire. Ils sont lus par une femme autochtone poétesse.
Gisèle Pellerin psa, Membre du comité organisateur