Témoignages - 7 octobre 2016

fr - FSM Montreal 2016 « Un autre monde est nécessaire, ensemble il devient possible ! »



Forum Social Mondial (FSM) de Montréal 2016 du 9 au 14 août


Pour sa 12e édition, le Forum social mondial se rend pour la 1re fois en Amérique du Nord. La ville de Montréal, qui fêtera l’an prochain son 375e, est fière d’en être l’hôte. Pour cela, la société civile québécoise offre une plateforme où se rassemblent des acteurs de changement d’aujourd’hui et de demain venus de 125 pays.


Dans ce lieu de convergence des mouvements sociaux nous retrouvons 35,000 participants cherchant des occasions de pousser la réflexion pour changer le monde. 1200 activités autogérées, 21 grandes conférences et 6 forums parallèles offrent autant de possibilités diversifiées, avec en sus 200 activités culturelles.


A travers 11 lieux du centre-ville et aux alentours, dont des locaux d’universités : francophone et anglophone, les 11 thématiques mobilisent. Le tout s’ouvre par une marche où se sont rassemblées plus 15,000 personnes venues dire leur désir de fonder un monde meilleur.


A leur arrivée, elles sont invitées à participer à un spectacle animé par les autochtones, suivie de prestations musicales diverses.


Chacune à son rythme organise sa participation. Mais le premier soir nous nous étions donné rendez-vous pour le lancement. L’ambiance était à la fête, autant qu’à la reconnaissance des lieux. Nous enfilons notre « cocarde », signe de notre inscription, et prenons connaissance du programme des activités. Les 1,000 bénévoles ont déjà un avant-goût de ce qui les attend.


Parmi les thèmes proposés, j’ai choisi ceux en lien avec mes préoccupations au niveau JPIC et mes engagements avec des réseaux préoccupés par la protection écologique et la gouvernance des pays en proie aux voracités des puissances financières. En voici quelques-uns : « Lutte contre la dictature de la finance et pour le partage des ressources, La maternité pour autrui, Pouvoir citoyen et le « serment de Paris » de la Cop21, Les paradis fiscaux au cœur des inégalités, Écocitoyenneté et éducation à l’environnement : l’art de vivre ensemble, Le droit comme moyen de résistance et comme outil citoyen de changement. Quelles alternatives fiscales aux mesures d’austérités au Québec ?, Initiatives de mobilisations collectives et de résistances vis-à-vis des entreprises transnationales d’extraction.


J’aimerais maintenant dire un mot de certaines de mes expériences.


Je suis engagée dans la lutte contre le passage d’un pipeline faisant circuler le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta, une province canadienne, d’un bout à l’autre du pays. Nous craignons beaucoup pour la protection de l’écologie, nos rivières et eaux souterraines, la protection de la faune, le devenir des fermiers situés sur la trajectoire etc.


Dans un atelier j’ai rencontré des jeunes femmes avocates engagées dans les causes de droits humains. L’atelier a permis d’entendre des témoignages de causes gagnées en Suisse et en Asie. L’avocate québécoise présente, travaille à cette cause qui nous tient à cœur concernant la Compagnie Énergie-Est avec laquelle la population canadienne a des conflits.


Un auditeur français nous a parlé de la lutte contre Monsanto et du Tribunal Monsanto en octobre, aux Pays-Bas. Il nous propose des actions à partir d’internet.


A l’atelier « Pouvoir citoyen et Cop21 », nous avons eu un dialogue par skype avec des personnes de France. L’animation nous a fait participer à une action symbolique de « recréation de la terre » en se servant de desseins faits par nous, utilisés sous forme de puzzule. Ensemble nous avons lu le serment de Paris. Des personnes nous ont partagé leurs engagements locaux, dont l’un celui d’avoir convaincu le maire de sa localité d’aller voir le film : « Demain ». Il s’en suit depuis, une action conjointe citoyens et élus municipaux. Cet atelier fit vivre une belle cohésion avec des personnes de divers pays.


Les jeunes étaient aussi nombreux. J’en ai côtoyé à divers ateliers, mais c’est au cégep du Vieux Montréal qu’ils étaient surtout conviés. Il y a un groupe que je connais pour avoir participé à certaines de ses actions (Institut du Nouveau Monde) et qui s’est donné comme projet la formation de futurs leaders. Il a offert un bon programme pour le Forum social mondial. J’ai su qu’il a fait des émules en France.


Un autre monde nécessaire et possible ensemble.


Gisèle Pellerin, psa