Réseaux - 19 juillet 2016

fr - Religieux et migration au 21ème siècle


Résumé et Réflexion provenant des évaluations


La joie et les espoirs, la douleur et l’angoisse d’une importante population de 244 millions de migrants dans le monde et de 60 millions de personnes déplacées à l’intérieur des pays, voilà ce qui nous conduisit à la Maison Générale des Passionistes, à Rome, du 22 au 24 février 2016. L’événement, organisé par les Congrégations de St. Joseph, la Congrégation de la Mission, Passionists international et Augustinians International, procura aux religieux et religieuses un espace pour partager nos expériences de responsabilité envers migrants et réfugiés d’aujourd’hui et pour écouter ceux qui ont une meilleure connaissance de la situation, afin de conjuguer nos efforts pour apporter des réponses plus efficaces.


La richesse des idées, la sagesse et les expériences des orateurs, l’enthousiasme et la participation de tous se conjuguèrent pour que cet événement soit réussi et mémorable. Tel était le premier objectif de cette rencontre : procurer un espace pour discuter sur les questions de la migration, du trafic des personnes et des réfugiés. Les nombreux retours positifs que nous avons reçus des participants ont également confirmé le succès de cet événement et consolidé un appel à s’engager résolument et à collaborer davantage sans rivalité.


Nous espérions que le résultat de cet atelier renforcerait notre plaidoyer aux processus politiques mondiaux, dans le système des Nations-Unies ; notre espoir ne fut pas déçu, car un événement parallèle fut organisé le 12 avril 2016, pendant la 49ème session de la Commission Population et Développement aux Nations-Unies.


Le titre de l’événement était « Migration, Population et Agenda 2030 : Collaborer pour parvenir à réaliser les ODD (Objectifs de développement durable) pour tous, du point de vue des Migrants et Réfugiés » ; cela expliquait que le rêve vigoureux et ambitieux de l’Agenda 2030 « ne laisser personne pour compte », ne peut être réalisé si certains sont laissés de côté, spécialement les populations vulnérables de migrants et de réfugiés, ceux qui se trouvent dans une situation irrégulière et sans papiers, dont les conditions de vie, la dignité humaine, et les droits humains sont négligés par le développement actuel et les politiques sociales. Un rapport sur le sujet fut publié : http://globalsistersreport.org/news/migration/migration-issues-worlds-refugees-get-new-attention-un- 39216