News - 4 mai 2016

fr - Nouveau massacre à Eringeti, (Kivu-RDC)


Selon une source de nos correspondants présents sur les lieux, une confusion totale caractérisait, en cette nuit du 03 au 04 mai 2016, le centre d’Eringeti, Secteur de Béni-Mbau, où des détonations des armes lourdes et le crépitement des armes légères assourdissaient les oreilles depuis la soirée d’hier.


D’après la même source, il aurait été impossible de déterminer avec précision ce qui se passe, encore moins d’identifier leurs auteurs. Néanmoins, il y aurait présomption qu’une attaque a ciblée, cette fois-ci, les installations des Unités onusiennes, c’est-à-dire les camps des Casques bleus Malawites et Népalais basés sur place. Et, ce matin, beaucoup de témoignages signalent que les assaillants se présentaient en tenue militaire similaire à celles des FARDC ; ils parlaient Kinyarwanda, et s’étaient fait accompagner par des mineurs qui participaient à la tuerie et se chargeaient des butins recueillis.


De la source Onusienne sur place à Eringeti on parle de 17 personnes civiles tuées par balles, machettes et haches. Plusieurs maisons d’habitations brulées par les assaillants. Signalons qu’avant l’incident, la population avait déjà alertée les éléments de la force Républicaine( FARDC) sur la présence de ces tueurs aux alentours d’Eringeti notamment au niveau de Tingwe, Village situé à l’Est d’Eringeti malheureusement, l’armée n’avait pas pris les mesures de précaution pour éviter le pire. Au delà de l’incompétence, il y a la complicité.


La population civile s’est trouvée comme prise en étau, ne sachant pas par où sortir pour s’échapper, quand bien-même elle aurait souhaité trouver refuge vers les localités de Kumbukumbu Samboko, beaucoup plus à l’ouest, et progresser ver l’Ituri voisin. Tout au long de cette même nuit du 03 au 04 mai 2016, la situation est demeurée très confuse à Erigneti. On tirait dans tous les sens.


Le foyer de ces tirs s’est, ensuite, concentré vers Luna, chez le Mwami Boroso, non loin de la bifurcation qui mène vers l’axe Kainama, provoquant ainsi le blocage du passage à la population qui tenterait de s’échapper en direction de l’Ituri. L’étau se resserre sur la population présentement concentrée autour d’un stade de la place. Un SOS alarmant et d’extrême urgence est lancé aux troupes des FARDC et celles de la MONUSCO en vue d’intervenir pour ouvrir un couloir en faveur de la population civile subissant le traumatisme de cette tragédie.


Par ailleurs, il a été signalé un nouveau cas d’enlèvement de six civils dans l’après-midi de ce mardi 03 mai 2016 au niveau de Kamungu, localité située à l’Est d’Erigneti. Ceci ramène les évènements de ces trois derniers jours dans le rayon d’Eringeti – Kamungu à un bilan de vingt-quatre (24) personnes tuées, dont dix-neuf (19) ont été comptées ce matin uniquement à Eringeti, et de vingt kidnappées.


« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016).


Katungu Mwendapeke Chantal


©Beni-Lubero Online.