Prieres - 15 février 2018

fr - Le 25 Février : Célébration de la mémoire de Sr Renée Guido POPPA, Oblate de l’Assomption avec Françoise NYIRAGENDO, aspirante rwandaise


Dans la nuit du 25 au 26 février 1992, un commando des forces patriotiques du Rwanda, en guerre contre le gouvernement de Kigali, s’infiltre dans la Région de Rushaki.


Les rebelles attaquent le village et tuent plusieurs personnes. Puis ils cassent les vitres du dispensaire, enfoncent les portes et saccagent papiers et médicaments. Ils montent au couvent et brisent les vitres de la salle de la communauté. Les rebelles brisent ensuite les vitres de la chambre des aspirantes. Celles-ci sont cachées sous leurs lits, selon la consigne donnée en cas d’attaque. Avec leurs torches, les rebelles les découvrent et leur ordonnent d’ouvrir la porte. Elles ne bougent pas. Ils insistent, les filles refusent. Mais ils les trompent en disant « nous avons une sœur avec nous ».


L’aspirante Françoise NYIRANGENDO passe alors dans la cour intérieure et ouvre la porte. Une deuxième aspirante, Anuarite va se réfugier chez la cuisinière. Roseline reste près de Françoise. Verena est sous son lit. Sœur Renée Guido qui priait à la chapelle contiguë à sa chambre, voyant passer Françoise, sort, son chapelet à la main. Les rebelles les poussent le long du mur d’enceinte. Roseline entend la sœur dire « si vous voulez nous tuer, tuez-nous ici » une rafale tirée au loin et qui semble venir de l’armée fait dire aux rebelles : « vite, dépêchons-nous ». Roseline se faufile dans les cyprès et grimpe dans un arbre où elle restera jusqu’au matin, terrorisée.


C’est à ce moment que les rebelles tuent sœur Renée Guido et Françoise. Le matin seulement, Roseline et Verena découvrent les corps. L’assassinat avait eu lieu à l’extérieur de la maison, elles n’avaient pas pu se rendre compte du drame.


Sœur Charlotte, supérieure de la communauté, se rend à Byumba pour téléphoner à la Congrégation et prévenir l’évêque qui lui-même informe l’ambassade de France.


A la messe des Obsèques, présidée par Mgr RUZINDANA, évêque de BYUMBA, étaient présents à côté des Oblates du Rwanda, l’archevêque de Kigali, l’évêque protestant, l’ambassadeur et le consul de France, une trentaine des prêtres. Des sœurs venues de Paris, et de la RDC ; ainsi que les congrégations (sœurs dominicaines, les sœurs BENEBIKIRA, les sœurs du Bon Conseil), le nonce apostolique apportant le message de prière du Pape Jean-Paul II, et la foule des chrétiens de la Région.


Sr Georgette Marie Fayolle, alors supérieure générale, a pu écrire : « la mort violente de sr Renée Guido Poppa met le sceau final à sa vie de missionnaire dans une cohérence parfaite : l’Oblate s’unit au Christ dans le don total de sa vie ». Elle était âgée de 85 ans dont 44 ans de vie religieuse missionnaire. Plus de détails, lire dans « Pages d’Oblation, Tome XII- XV, p. 163-168, » édition de la Maison Généralice.


Cette rébellion était un prélude au génocide qui éclatera suite à l’attentat meurtrier du 6 avril 1994, contre le président Juvénal Habyarimana, qui était au pouvoir depuis 1973.


La mission des Oblates de l’Assomption est momentanément fermée. Elle sera reprise, en 1995, à partir de Kigali. Actuellement, nos sœurs rwandaises sont implantées dans 4 communautés pour continuer la mission.


 


Veuillez trouver sur pfd (haut et droite de cette page) la version complète de la proposition de célébration (en français)


La propuesta de celebración completa arriba a la derecha de esta págins sobre un pdf en español


Text in English : top rigth of the page.