Action - 16 janvier 2018

fr - Initiative d’action de protection de l’environnement. Madagascar


Cela faisait longtemps que je connaissais l’existence d’une association/entreprise solidaire : "le Relais-Madagascar". Sous l’impulsion d’un homme passionné d’humain et d’humanité est né, en 10 ans, une véritable entreprise à vocation sociale, pour favoriser la création d’emploi pour les personnes en situation de grande précarité.


Je sentais bien que nous avions quelque chose en commun à partager et que nous cherchions dans la même direction "dans le tumulte de la ville et dans la lutte pour survivre, là où les relations se font et se défont, là où les rires, l’amour et la bonté humaine sont joyeusement mis à l’honneur jusqu’aux confins du monde vivant, de la souffrance, la misère, la cruauté de la vie….". Nous étions en marche ensemble …. même si, toute proportion gardée, nous sommes un grain de sable face aux 450 employés répartis en 6 pôles d’activités :


• Une activité de recyclage des déchets de la ville avec un centre de tri et de valorisation des déchets : FAKOFIA


• une filière rizicole éthique et de développement agricole : AINGAVAO


• un atelier de construction automobile… "vita malagasy" (made in Madagasikara) : SOATAO


• un centre de tri de friperie : TARATRA


• un atelier de confection de vêtements à partir des fripes.... : GASH’MLAY


• Deux hôtels solidaires : LE RELAIS HOTEL


Dans un premier temps, le projet que nous avons rejoint est celui intitulé FAKOFIA, concernant le recyclage des déchets de la ville. Ce projet permet de valoriser les déchets ménagers, de rendre la ville de Fianarantsoa plus propre, de créer des emplois pour les personnes qui survivaient autrefois par le triage des bacs à ordures de la ville.


Dans le cadre du soutien scolaire, durant deux mois, nous avons organisé des ateliers avec les groupes d’enfants dans les classes, ainsi qu’avec leurs parents, ateliers de sensibilisation, mais aussi d’expérimentation.


Plus d’une centaine d’enfants ont participé à ces 3 différents ateliers :


* Prendre conscience de la durée de la désintégration des déchets : Par petit groupe, un jeu permettait de classer les déchets sur une échelle allant de 1 à 10, marquant la facilitation de dégradation des déchets du quotidien rassemblés dans une cuvette : plastiques durs, plastiques mous, déchets alimentaires, bois, charbon, piles, fer, mégots de cigarette, tissus en coton, tissus en nylon, stylos, encre…. Chaque groupe, devait s’organiser, discuter pour classer ces objets sur cette échelle du plus facilement dégradable au moins dégradable et polluant pour l’environnement ! Puis chaque groupe expliquait ces choix aux autres groupes, argumentant, répondant aux questions !.... Ensuite, l’animatrice du Relais s’employait à relever, à valoriser ce que les enfants ou parents avaient dit pour finalement donner la vraie répartition de désintégration des déchets.


* La pollution de l’eau : expérience avec du colorant naturel rouge mélangé à du plastique, mis dans un bac de terre sur lequel, incliné, on verse de l’eau, à la manière de la pluie… l’eau ruisselle tout doucement et devient rouge !


* Recyclage du papier : avec un groupe de plus petits, fabrication de petits bols en pâte à papier, fabriquée avec de la farine et de l’eau. Déchirage de bande de vieux papiers de leurs cahiers scolaires puis collage sur un support à l’aide de la colle à papier…. Quelques jours après, une fois les bols bien secs, mise en valeur de chacun avec de la peinture et des paillettes !


La participation des parents


5 groupes de plus d’une vingtaine de parents ont participé à l’animation concernant la désintégration des déchets et la pollution de l’eau. La prise de conscience a été autant bénéfique pour les parents que les enfants. Dans le groupe des parents, suite à l’animation autour de la désintégration des déchets, de nombreux débats ont été engagés, notamment pour savoir comment trier les déchets à la maison et où les mettre, car ici, il n’y a pas de tri sélectif mis en place par la ville mais tous les déchets sont jetés dans une même poubelle. Il ne s’agit pas seulement de prendre conscience de la durée de vie sous la terre des déchets que nous jetons, mais d’essayer de trouver des solutions pour y remédier.


Déjà ici, à Madagascar, de très nombreuses choses sont recyclées spontanément, surtout tout ce qui concerne le papier, le bois, le tissu, la ferraille….


Une des prises de conscience la plus grande et la plus surprenante a été le temps nécessaire à la désintégration des piles dans la terre : Plus de 8 000 ans ! Mais que faire lorsqu’ici, à Madagascar, il n’y a pas de centre de recyclage des piles, alors que dans nos pays occidentaux, le recyclage est déjà bien en vogue. Comme geste symbolique de toutes ces semaines de sensibilisation, ensemble, parents, communauté, enseignants, enfants, nous avons pris la décision de faire un dépôt de piles usagées à la communauté. L’idée est donc de stocker les piles usagées en petits sacs de tissus de 1kg (autorisé dans la soute des avions) et de les ramener à chaque voyage vers l’Europe ou ailleurs… Déjà au Relais, 2 tonnes ont été stockées et chaque visiteur étranger est fortement invité à repartir avec son sac de 1kg de piles ! Un voan-dalana (fruits du voyage=cadeau)"cadeau solidaire" !


Donc, depuis, dans notre cour, un bac en plastique jaune, bien visible, est disponible en permanence pour le dépôt de piles…. De belles affiches ont été mises dans chaque classe et aussi sur le portail extérieur de notre communauté…. Peu à peu, nous commençons à récolter…. !


Rendez-vous est pris l’an prochain pour un nouveau projet entre Le Relais et notre Centre qui tournera davantage sur comment trouver des solutions pour la sélection des déchets à la maison… quels gestes poser, en tenant compte des circonstances du pays et de ses possibilités. Ce nouveau projet nous permettra aussi d’aller à la rencontre des employé-es du Relais, qui chaque jour trient en gros les déchets dans les bacs de la ville avant que l’ensemble soit mis en camion et emportés jusqu’au centre de tri et de valorisation des déchets –CTVD-, autre branche du projet FAKOFIA.


Avec 5 parents, responsables ensuite de retransmettre aux autres, nous sommes allés à la rencontre de ce lieu de tri et de valorisation des déchets…. Un endroit "magique" : 10 hectares où plus de 50 % des déchets de la ville sont amenés, classés, triés pour, en partie en faire du compost.


A leur arrivée, les camions sont déchargés, et les déchets, une nouvelle fois triés. On y enlève tout ce qui n’est pas recyclable naturellement : plastiques, fer…, chaque catégorie est entreposée dans des grands sacs…


Le reste, ce qui recyclable, est transformé en compost d’une rare efficacité. Chaque jour des ouvriers retournent à la main avec une bêche d’immense tas de déchets. Grâce au niveau de température augmentant, à la présence quasi invisible de petites bêtes, et à une opération de tamisage, les déchets deviennent, en 5 semaines, du compost ressemblant étrangement à du sable noir d’une finesse extraordinaire. Ce compost est vendu ensuite à des entreprises ou des particuliers à un prix modique.


Le reste des déchets non recyclables est, pour une part, revendu à d’autres collecteurs. Par exemple, les « gros » plastiques, comme les bassines et les seaux (très utilisés à Madagascar) sont achetés par d’autres qui le transforment à leur tour autrement.


Pour le reste des déchets, ils sont collectés dans un immense site où tout un système permet leur enfouissement, sans détruire l’environnement actuel. En gros, tout un système sophistiqué et très technique permet l’enfouissement des déchets sous de la terre sur laquelle est plantée une herbe qu’on appelle herbe d’hiver, et qui évite l’érosion et (donc au) empêche donc le plastique de remonter à la surface, si on peut dire ! Ainsi, la culture du sol devient toujours possible, avec une terre non polluée.


En prime de cette activité déjà gigantesque, tout un immense espace est réservé à la culture. Tout pousse, avec le compost fabriqué sur place !…. Et la cerise sur le gâteau est l’innovation d’un jardin de permaculture ! Je ne sais si vous connaissiez… moi, non ! En fait, il s’agit de mettre en lien les êtres vivants en interaction pour une meilleure production des sols…. Méthodes de cultures utilisées depuis toujours par les malgaches, mais sans le savoir, et qui pour moi, étrangère, m’étonnait tellement : Pourquoi planter ensemble dans la même parcelle du maïs et des haricots…. Ou bien des cacahouètes et des salades ? Une invention géniale en pleine expansion dans la recherche mondiale autour de la protection de l’environnement.


Le génie premier de ce centre de traitement des déchets reste surtout cette aventure extra humaine avec l’embauche pour le traitement des déchets de toutes les "petites" gens qui fouillaient chaque jour les poubelles pour trouver de quoi manger ! Inutile de vous dire qu’avec les parents, nous avons été conquis par cette inspiration, d’autant plus dans un pays où les déchets restent un domaine complètement tabou !.... Et puis, la joie n’a été que plus grande de voir les parents de nos élèves se former entre eux, s’expliquer, se conscientiser ! …. L’aventure collective est bien partie… il nous reste à donner un coup de pouce l’an prochain, pour une sensibilisation des tris des déchets dans chaque famille !


Si cela vous intéresse, vous pouvez aller voir sur leur site www.lerelais.mg. Vous aurez plus de détails, et bien sûr, des photos !


Pour la communauté. Sabine Pulh psa


Communauté de Sahalava (Madagascar)


Fianarantsoa le 13 janvier 2018