Divers - 11 juillet 2017

fr - Gagner la bataille du climat

La décision de Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris constitue l’indice effrayant du repli possible d’un pays sur des intérêts à court terme et d’un aveuglement incompréhensible, y compris au regard des effets du réchauffement climatique pour les Américains eux-mêmes. Va-t-il faire l’effet d’un électro-choc pour beaucoup d’organisations et de citoyens ? Déjà de nombreux gouverneurs et maires des Etats-Unis ont annoncé vouloir respecter les engagements de l’accord sur le climat, et des chefs d’entreprise ont même écrit au président pour l’inviter à revenir sur sa décision. En France, Emmanuel Macron, pourtant peu engagé sur ce sujet pendant la campagne électorale, a fait de Nicolas Hulot, figure charismatique de l’écologie, le numéro trois du gouvernement, et multiplie les promesses à propos de la défense des écosystèmes et des milieux de vie. C’est sur les politiques engagées, les financements et les décisions prises que les discours doivent être jugés. Le risque de laisser se creuser le schisme de réalité, le décalage entre les intentions et les pratiques de lutte contre le changement climatique, est réel. Une fois de plus, la société civile a un rôle important à jouer pour défendre les droits des plus vulnérables, aujourd’hui et demain. Une des priorités est surement d’inscrire la notion de sobriété au cœur des débats publics : c’est par la réduction drastique des émissions des plus riches, à travers la planète, que pourront été réalisés à la fois les Objectifs du Développement Durable et ceux de l’accord de Paris. La bataille du climat est à ce prix… saurons-nous nous mobiliser pour promouvoir la sobriété heureuse et solidaire ?

Cécile Renouard, r.a.
juillet 2017