Divers - 10 décembre 2016

fr - Energie

Au lendemain de la conférence sur le climat à Marrakech (COP 22), sommes-nous dans une dynamique favorable à la réalisation de l’Objectif du Développement Durable 7, qui vise un « accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable » ? L’enjeu est immense : d’un côté nous devons favoriser des sources d’énergie non fossiles, afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES), d’une façon beaucoup plus drastique que les trajectoires actuelles ; de l’autre, 1,2 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité. Pour avancer sans mettre en péril les générations futures, deux voies sont à privilégier : premièrement, le soutien aux énergies renouvelables, de moins en moins coûteuses, et le désinvestissement progressif mais résolu des énergies fossiles, dans tous les pays ; deuxièmement, la sobriété chez les sur-consommateurs des pays du Nord et les riches des pays du Sud. Ceci suppose des conversions individuelles et collectives aussi bien pour renoncer à certaines dépenses complètement inutiles (comme les écrans numériques dans les lieux publics qui émettent dix fois plus de carbone que les affiches papier) que pour favoriser des choix solidaires. A l’heure où l’élection de Trump met le doute sur la capacité des Etats-Unis à assumer leur responsabilité historique à l’égard de la lutte contre le réchauffement climatique, la mobilisation citoyenne à tous les niveaux est plus que jamais urgente et nécessaire. Yes, we can !

Cécile Renouard, ra
Décembre 2016