News - 20 septembre 2016

fr - Beni-Messe pour la paix : Le Nonce recommande la réconciliation, l’amour des faibles, la protection des civils


A cela s’ajoute la conversion des méchants. Le nonce apostolique en RDC, Monseigneur LUIS MARIANO Montemayor a dit une messe de réconfort et pour la paix à la place du cinquantenaire de l’église paroissiale Sainte Thérèse d’Avila de Beni-Cité l’avant-midi de mardi 30 août 2016.


A côté de lui, Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech, Evêque de Butembo-Beni et une centaine de prêtres pour la concélébration. Des religieux et des fidèles comptés à des milliers, venus de tous les coins du diocèse ont pris part à cette eucharistie. Le représentant spécial du secrétaire générale de l’ONU en RDC et les autorités politico-administratives étaient aussi présents.


Trente minutes avant cette eucharistie, l’invitatoire particulière est la cloche* qui sonne à la paroisse. Les chrétiens affluent de partout pour venir prier pour la paix. Le cortège des servants et des ministres de Dieu arrivent au rythme de l’hymne de la miséricorde, chant d’entrée de cette messe animée par toutes les chorales de la paroisse.


Avant le début de la messe, l’évêque de Butembo-Beni prononce un discours de bienvenue aux hôtes du diocèse. Au cœur de son message, Monseigneur SIKULI souhaite que la visite du nonce apostolique et du représentant de l’ONU en RDC soit l’espoir de la rupture de l’insécurité multiforme qui sévit au diocèse. C’est après ce mot que Monseigneur LUIS MARIANO Montemayor a commencé la messe.


Dans son homélie, l’envoyé du Saint Père a recommandé la réconciliation entre les peuples, l’amour des faibles, la protection des civils et la conversion des méchants pour que la paix durable revienne dans toute la RDC. Les fidèles trouvent en cette visite pastorale une lueur de paix. Mais ils conscientisent que cela sera possible si les autorités ne deviennent pas indifférentes aux recommandations leur émises par le Nonce Apostolique.


Après cette eucharistie, le Nonce Apostolique a échangé avec les services de sécurité de la Région de Beni-Lubero, avec les religieux du diocèse et la société civile. A l’issue de ces échanges, les participants retiennent qu’il faut dénoncer l’ennemi de la paix de Dieu et ne jamais solidariser avec lui.


Nonce apostolique : « Vatican va mettre la pression sur Kinshasa pour mettre fin aux massacres de Beni »


Le Nonce apostolique en séjour à Beni, donne peut-être une certaine lueur d’espoir en ce qui concerne les massacres de Beni. Dans un point de presse qu’il a animé ce mardi 30 aout, il a en quelques sortes éventré le boa. Ses propos sont clairs et n’ont vraiment pas besoin d’une explication. Il a annoncé que le Saint Siège va mettre de la pression sur le gouvernement congolais afin qu’il prenne ses responsabilités.


Insistant sur les derniers massacres de Beni, Monseigneur Luis MARIANO MONTEMAYOR a indiqué que ce qui s’est passé à RWANGOMA est un défit direct pour le Chef de l’Etat qui venait de promettre la paix quelques jours avant.


Monseigneur Luis MARIANO MONTEMAYOR a déploré le fait qu’on ne peut pas prétendre être Chef et ne pas prendre ses responsabilités devant des problèmes. Il s’est indigné du fait que le Kivu soit resté depuis longtemps une région où l’insécurité et la criminalité sont devenues chroniques. « L’économie de guerre dure depuis plus longtemps. Entretemps, la population ne bénéficie de rien », a-t-il décrié.


Du côté de la MONUSCO, on se félicite de la reprise des combats contre les rebelles de l’ADF le 6 août dernier. Certains bastions stratégiques des ADF ont déjà été conquis dont KAMBI YA MIBA, GARLUC et MUTARA. MAMAN SIDIKOU, patron de la MONUSCO consentit tout de même qu’il faut de nouvelles stratégies afin de mettre un terme à ce cycle d’insécurité. Entre autres stratégies, Maman SIDIKOU parle de la descente sur le terrain jusque dans le fin fond des forêts et faire face à l’ennemi.


A noter que le représentant du Pape en RDC a balayé d’un revers de la main la version selon laquelle ce qui se passe à Beni, c’est du terrorisme international. Pour lui, c’est seulement du terrorisme interne et non un massacre des chrétiens.