Information - 5 mai 2015

fr - A l’occasion de Dix Jours pour la Paix 2014

À l'occasion des Dix Jours pour la Paix 2014
Commentaires du Président de la Conférence des Évêques Catholiques du Japon.

Laissez-nous devenir des Artisans de la Paix pour l’Avenir tout en réfléchissant sur le passé À l'occasion des Dix Jours pour la Paix 2014, j'aimerais vous souhaiter la bienvenue à vous tous, fidèles de tout le pays.

Lorsque le Pape Jean-Paul II s’est rendu à Hiroshima en 1981, il a dit : « La guerre est l’oeuvre de l'homme. La guerre est la destruction de la vie. La guerre est la mort. Ces vérités ne s’imposent nulle part ailleurs aussi fort que dans cette ville d’Hiroshima, en ce Mémorial pour la paix (Appel pour la paix à Hiroshima) ». Ces paroles du Pape font toujours fortement écho dans nos coeurs même 33 ans plus tard. Il n'y a rien de plus désastreux et de plus stupide que la guerre. En tant qu'êtres humains, nous ne devons à aucun prix répéter l'erreur de partir en guerre. Rappelons-nous à nouveau ce qu’a dit le Pape à maintes reprises : « Se souvenir du passé, c'est s'engager pour l'avenir. »

Cette année marque le 100ème anniversaire du début de la Première Guerre Mondiale. Réfléchissons aux motifs des tragédies des deux guerres mondiales du siècle précédent, y compris la Seconde Guerre mondiale qui s'est terminée le 15 août 1945. Souvent, les gens déclarent la guerre au nom de la justice pour défendre leur pays. Les guerres se répètent alors que chaque pays belligérant insiste sur le fait qu’il s’agit d’une guerre juste de légitime défense. Ainsi, beaucoup de vies précieuses sont perdues. En tant que citoyens japonais et membres de l'Église Catholique, nous devons être pleinement conscients de la responsabilité des conséquences tragiques de la Guerre du Pacifique tout en réfléchissant à nouveau aux raisons qui l’ont déclenchée.

La Constitution du Japon a été promulguée après la tragédie de la Guerre du Pacifique, et son Article 9 stipule que les Japonais renoncent à la guerre comme moyen de règlement des différends internationaux et n’entretiennent jamais une guerre potentielle. Grâce à cette Constitution de Paix, nous, Peuple Japonais n'avons tué personne à la guerre ni n’avons été tués à la guerre depuis près de 70 ans. Ce fait est extrêmement rare dans l'histoire de l'humanité ; nous pouvons être fiers de cette réussite devant le monde entier. C’est une nouvelle vraiment heureuse et lumineuse que les citoyens japonais qui ont maintenu cette Constitution, qui stipule le renoncement à la guerre, aient été nominés comme candidats au Prix Nobel de la Paix 2014.

Pourtant, le 1 juillet 2014, le gouvernement du Premier Ministre Abe a foulé aux pieds cette Constitution en décidant de la réinterpréter afin de permettre l'exercice d'un droit de légitime défense collective. Bien que le gouvernement insiste sur le fait que l'exercice d'un droit de légitime défense collective (participation à la guerre) est nécessaire dans l'intérêt d'un droit de coexistence pacifique, il n'y a pas de guerre sans coût. Notre droit à la coexistence pacifique est menacé par les guerres, et ne devrait jamais être protégé par les guerres. En outre, il n'est guère possible qu'un droit à la coexistence pacifique puisse être sécurisé en persécutant des gens.

OEuvrer pour la Paix exige du courage, beaucoup plus que faire la guerre. Il faut avoir le courage de dire oui à la rencontre et non au conflit : oui au dialogue et non à la violence ; oui aux négociations et non aux hostilités ; oui au respect des accords et non aux actes de provocation…tout cela demande du courage. Ce sont les paroles prononcées par le Pape François lors du récent « Rassemblement de prières pour la Paix » au Vatican, auquel étaient invités le Président Israélien Shimon Peres et le Président Palestinien Mahmoud Abbas.

À l'occasion des Dix Jours pour la Paix, nous devons faire des efforts et prier, avec ce courage dont le Pape a parlé, pour construire la Paix par le dialogue sur la base de la confiance et du respect mutuels tout en réfléchissant sur le passé.

3 Juillet 2014
Peter Takeo Okada
Président de la Conférence des Évêques Catholiques du Japon

À cette occasion, je voudrais également vous recommander de lire les documents suivants.
1. Appel pour la Paix à Hiroshima du Pape Jean Paul II, 1981.
2. Résolution pour la Paix, Conférence des évêques catholiques du Japon, 1995.
3. Vers un Nouveau Commencement, Comité Catholique du Japon pour la Justice et la Paix, 1995.
4. Le Chemin vers la Paix par la Non-Violence, Message pour la paix 60 ans après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, Conférence des Évêques Catholiques du Japon, 2005.