Celebration - 9 mai 2012

fr - Rencontre des commissions européennes JPIC à Paris

Mars 2012 : les commissions Anglo-celtique, Ouest Europe Afrique et Europe Sud se sont rencontrées à la maison de Paris, pour 2 jours de partage et réflexion sur le thème des migrants, priorité que nous nous sommes données lors du dernier Chapitre Général 2011.

C’est la troisième fois que les commissions JPIC européennes se réunissent : en 2009 à Madrid, en 2011 à Genzano et en 2012, à Paris.

 
Le samedi 24 mars, nous nous sommes réunies en groupes de langues, nous formions trois tablées bien sympathiques dans la salle Notre Dame de l’Assomption :
La commission Anglo-celtique de langue anglaise : 4 PSA irlandaises et 2 laïcs irlandaises
La commission Europa Sul de langue espagnole : 3 PSA espagnoles et 1 PSA Portugaise
La commission OEA de langue française : 6 PSA, 1 ANDA et un couple de laïcs
 
Nous avons commencé la matinée par un temps de prière. La présentation de chacune par son nom associé à un symbole, a crée dès le début un bon climat. 
 
 

Ensuite chaque pays a présenté l’évolution de la situation de l’immigration dans son pays, depuis notre rencontre de l’an dernier à Genzano

 
Irlande  : Il y a autant de migrants irlandais sans papiers aux USA que de migrants sans papiers en Irlande. L’ONU a fait des recommandations au pays, ce qui a eu une incidence sur une amélioration des droits des migrants dans le pays. Un forum des migrants a permis à ceux-ci de s’exprimer collectivement et publiquement.
France : La législation est mouvante. Les lois sont répressives et croissantes en termes de pénalité sur les droits des migrants et des sanctions financières. Il y a une grande différence entre la législation et l’application dans la réalité. La crise a eu des répercutions sur l’accord d’autorisation de travail, la liste des métiers autorisés sur le territoire français a été réduite en « peau de chagrin ».
Espagne : Les personnes migrantes occupent les plus bas métiers, c’est aussi parmi elles que se trouve le taux de chômage le plus important. Il y a de 800 000 à 1 million de migrants en Espagne sans travail. 
Italie : le pays a été condamné car il a renvoyé des migrants dans des pays où leur vie était en danger et où les droits de l’homme ne sont pas respectés. La Méditerranée doit redevenir une mer commune et non plus le cimetière des migrants.
Portugal  : l’immigration a beaucoup changé, maintenant une partie des Brésiliens retournent dans leur pays d’origine, actuellement il y a beaucoup de migrants de l’EST : Russie, Ukraine,…
 
A la suite de cette écoute, nous avons eu un regard commun sur l’immigration dans nos pays, les lois changeantes qui pénalisent les migrants et ferment les frontières. Les gouvernements utilisent la crise financière en rendant les migrants responsables de la crise.

 

Echange sur nos réponses au questionnaire de VIVAT

 
Nous avons échangé sur la réponse envoyée par nos Commissions à un questionnaire de Vivat dont le sujet était notre engagement avec les migrants.
 
En conclusion notre mission PSA se concentre sur deux axes :
 
1 Formation pour se construire une opinion.
2 Service de la personne : aide juridique+ aide à l’intégration dans la société. Aide active, non pour eux, mais en leur permettant de s’impliquer eux-mêmes, en collaboration avec d’autres associations.
 
Le SI a donné trois documents à partir desquels nous avons échangés sur deux questions pour l’AGIR au QUOTIDIEN
 
1 « Quelles sont les références, les paramètres qui soutiennent les rêves que nous avons pour notre société ? »
2 « Quelle est notre conception de la personne humaine, fils et fille de Dieu ? Y a-t-il cohérence entre cette conception et notre pratique quotidienne d’action ou de participation à certains projets ? »
 
A la suite de cette journée, voici nos besoins, comme Petites Soeurs :
1. Formation à l’analyse : moyens de communication : Web et Blog
2. Formation à l’intégration des droits de l’homme en comprenant les droits sociaux et économiques. Le système économique est une construction sociale et culturelle, elle peut être changée, « ne nous laissons pas domestiquer par le système économique ».
3. Prendre en communauté des choix d’une politique de transformation, en partant des petits gestes, petits faits : source d’Espérance, à la Suite de Jésus, entrer dans un dialogue de vie, qui aboutit avec d’autres à une transformation de la société.
4. Notre travail : être une force prophétique du Charisme à partir des petits gestes qui refait une société à Dieu !
 
 
Présentation d’une méthodologie pour relire les faits de vie
 
« Vivre l’engagement avec les appauvris au niveau local nous fait sentir l’urgence de l’inscrire dans le global »
 
1. Présentation du fait de Vie : personnes et collectifs qui sont intervenus, causes directes et indirectes, conséquence de ce fait, ce fait. Nous le relisons avec l’Evangile, la Règle de Vie et les documents de Congrégation. 
2. Action : AU PLAN LOCAL individuelle et collective. Action : AU PLAN GLOBAL : avec les institutions organisations, privées ou publiques, régionales, nationales, internationales.
3. Expérience : relecture personnelle et communautaire. Les sentiments provoqués, les réactions provoquées et l’empreinte qu’a laissé ce fait. 
 
Cette méthode est très bonne et peut nous permettre de relire les différents faits de vie que nous vivons avec d’autres. 
Elle a été présentée avec des cas concrets internationaux dans le numéro 7 de la revue JPIC international.
 
 

Présentation du travail en réseaux et Pédagogie

 
Aujourd’hui les réseaux sociaux passent par l’informatique. Une présentation sous forme d’une carte (semblable à celles des transports parisiens) nous a montré l’étendue de ces réseaux et leur enchevêtrement.
Pour nous, PSA et laïcs amis, nous sommes dans certains réseaux, quel que soit le sens que nous y mettons. La pédagogie, décrite dans un texte de Congrégation (Evangile, Charisme, Spiritualité - juin 2011) peut éclairer le choix de nos réseaux :
 
Nous suivons Jésus, nous nous attachons à ses pas, et comme Lui, nous choisissons de Suivre notre Dieu par un chemin collectif, un chemin de famille qui est notre Congrégation. PSA. Nous sommes ouvertes à d’autres dans le sens de l’Hospitalité, comme nous le dit notre Chapitre. 
C’est librement que nous adhérons aux choix de la Congrégation, notamment dans le chemin de Justice et de Paix. C’est une solidarité au sein d’une même famille, notre famille religieuse. Au cœur de ceci, la liberté de conscience individuelle est respectée, le choix naît d’une volonté sans cesse libérée de nous-mêmes, de notre individualité.
Les laïcs, présents avec nous, nous rejoignent librement dans nos choix de Justice et de Paix, selon l’Esprit, vécus en gestes et en paroles, des Petites Sœurs de l’Assomption.
 

En conclusion. Soeur Franca nous dit :

Chaque commission a donné sa part de création, à partir de la Vie. De temps en temps, il est bon de nous rencontrer et de partager nos propres expériences et de mettre ensemble ce qui nous est commun.
Nous sommes des « spécialistes » de notre vie, autant que si nous faisions appel à certains spécialistes.
 
Nous avons fait un bon chemin, tranquillement, fait d’enrichissements mutuels. Cela construit le réseau JPIC et affirme notre travail en commission. Les commissions restent des espaces de réflexion et d’évaluation pour continuer le Chemin d’animation Justice et Paix.